Image illustrant Fermeture de Google Reader : les alternatives

Fermeture de Google Reader : les alternatives

Si comme moi vous organisez votre veille en suivant une foule de flux RSS, lors de votre dernière connexion à Google Reader, vous avez dû apercevoir le message avertissant sa fermeture imminente.

Fin du service le 1er juillet 2013


Lancé depuis 2005 et adopté par une grande majorité pour sa facilité et flluidité d’utilisation, Google Reader et l’annonce de sa fermeture génère un vif émoi dans la communauté des « Power Users ». Tellement d’émoi qu’en deux jours à peine, une pétition pour sauver Google Reader a recueilli presque 100.000 signatures.

Selon Google, le produit est bien adopté mais l’engouement décline au fur et à mesure des années au profit de Facebook ou des listes Twitter qui aident au suivi des mises à jour sur le web. Ce constat suffit au géant américain pour décider de fermer le service afin de permettre à ce dernier de se concentrer sur ses autres outils.

Mise sur la sellette du RSS ?

Avec cette annonce, Google annonce clairement la vision : le RSS n’est pas un produit pour les masses et n’est donc pas intéressant pour l’entreprise cherchant à maximiser ses profits.

Nos données ne sont plus nos données

Le cloud a ceci de magique : tout se synchronise et est sauvegardé et à l’abri d’une erreur humaine ou technique. Nos flux RSS se synchronisaient sur nos appareils, Flipboard et autres s’en servaient, tout fonctionnait bien.

Google a l’honnêteté de prévenir de la fermeture mais qu’en aurait-il été si ils avaient coupé abruptement sans prévenir ? C’est là tout le danger que le cloud embarque avec lui : vos données et le temps que vous passez à les consolider sont dématérialisés et sujets au bon vouloir de l’entreprise à laquelle vous les confiez.

Alternatives

Voici une liste non exhaustive des alternatives possibles. Faites juste attention à ne pas supprimer vos données de Reader trop vite (comme je l’ai fait) sous peine de voir la synchronisation ineffective avec votre nouvel agrégateur de flux RSS. Faites donc une sauvegarde de sécurité avant toute action via Google Takeout !

Le plus proche : Feedly


Le plus proche en terme de design et d’ergonomie (raccourcis clavier) de Google Reader. L’expérience est presque la même voire même améliorée au niveau des animations et le mode « magasine » est une vraie réussite et fait beaucoup penser à Flipboard.
L’importation des données de votre compte Google se passe de façon transparente et rapide.

JPEG - 9.8 ko
L’icône que Feedly insère en bas de chaque page web

Avec le site, il y a aussi des applications iOS et Android et des plugins pour les navigateurs. Plugins qui sont nécessaires pour accéder à votre flux et qui rajoutent des fonctionnalités de partage vers Feedly mais aussi les réseaux sociaux en bas de chacune des pages que vous visitez. On aime ou on aime pas, personnellement je n’aime pas.

Le côté dangereux de Feedly tient dans son business model inexistant : la maintenance de tous ces serveurs ne doit pas être donnée et la façon dont ils comptent amortir ces coûts n’est pas encore connue. Prudence donc.

Le plus sûr : Fever


Shaun Inman propose Fever comme étant un indicateur auto-géré des tendances relatives à vos flux : plus vous en avez, mieux Fever se comporte et indique la « chaleur » des articles à lire.
C’est un service à héberger sois-même du coup, vous êtes moins dépendant du bon vouloir de l’une ou l’autre entreprise. Si vous avez 30$ à dépenser et que vous n’avez pas peur de mettre les mains dans le cambouis (PHP et MySQL) foncez vers cette solution.

Le payant : Newsblur


On vous propose un agrégateur de bonne facture mais limité à 64 flux 12 flux [la page d’accueil n’est pas à jour]. Ah oui mais non vous en avez plus que ça ?
Du coup je vous propose ce même agrégateur avec des flux illimités à 1$ par mois... oui, juste un petit dollar, du coup vous prenez la version "pro" comme les 3.500 autres personnes désireuses d’avoir un maximum de flux !

L’attendu : Digg

Digg a annoncé hier sur son blog qu’ils allaient mettre en top priorité la mise en place (entendez : créer) d’un service similaire à Google Reader.
Ils espèrent “identifier et reconstruire les meilleures fonctionnalités de Google Reader [...] tout en les faisant correspondre aux attentes de l’Internet en 2013”.
Cela pourrait devenir une bonne alternative mais il faudra être patient (sans nul doute le produit sera lancé avant la fermeture de Google Reader).

Celui dont je parlerai peu : Netvibes

Une histoire d’amour qui s’est mal terminée pour moi depuis l’acquision de Netvibes par Dassault Systèmes : personnellement j’ai un problème de conscience à utiliser leur système.
C’est un outil basé sur des widgets et non sur des flux, il n’est pas aussi performant que Google Reader et manque de raccourcis clavier mais surtout d’une version mobile et tablette !

Celui qui a retenu ma curiosité : The Old Reader


Se décrivant lui-même comme « Le Google Reader mais en mieux » avec un design et des fonctionnalités de partage similaires à la version de Google Reader avant octobre 2011.
Le service semble souffrir légèrement de son succès (comme d’autres) et affiche des petits ralentissements mais rien de bloquant.
J’émets la même retenue que pour Feedly : aucun business model clairement affiché empêchant d’anticiper la pérennité de nos données.

Vous en voulez plus ?

Consultez cette Feuille Google faite par le « Online Journalism Blog » sur beaucoup plus d’alternatives.

Bonne recherche !